La vie quotidienne à Roscoff - Histoire - 1920 Naissance de la Commune de Santec

Menu

Journal Officiel
du 6 août 1920

Roscoff, le port et les oiseaux marins.

Roscoff - Quelques dates

Histoire du Minihy du Léon

Blog
"Santec - Histoire"


Loi distrayant des communes
de Saint Pol de Léon et de Roscoff ( Finistère )

la section de Santec pour l'ériger en municipalité distincte

Le sénat et Chambre des députés ont adopté,

Le Président de la république promulgue la loi dont la teneur suit :

La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et par la Chambre des députés, sera exécutée comme loi de l'Etat.

Fait à Rambouillet, le 4 août 1920,

P.DESCHANEL

par le Président de la République :

Le ministre de l'intérieur,

T.STERO


Le phare de Batz et la coupe de goémon

L’appropriation du goémon, qu’il soit de coupe ou d’épave, a toujours suscité bien des convoitises et alimenté les conversations le soir au coin du feu. Les faits et anecdotes relatés ci-dessous remontent au début du 20ème siècle. Historiquement parlant, ils sont presque contemporains.

Le 6 août 1920 paraissait au Journal Officiel de la République, la loi distrayant des communes de Saint-Pol-de-Léon et de Roscoff, la section de Santec pour l'ériger en commune distincte. Les limites géographiques de la nouvelle commune partagèrent la pointe de Perharidy dans le sens de la longueur, la partie « regardant» le large devenant santecoise.

Ce découpage, qui aujourd'hui cause problème pour le financement des protections contre les effets de la mer, n'était  pas dû à une fantaisie administrative, mais correspondait bien à une nécessité économique, celle de la récolte du goémon par les Santécois qui, d'ailleurs, n'avaient pas besoin de règlement pour défendre leur goémon.

En mars 1907, un groupe de Roscovites qui coupait sur la côte santécoise, au rocher An Aered, se trouva en face d'une centaine de personnes qu'accompagnait le recteur de Santec. Quand les Roscovites eurent coupé une charretée, le recteur les montra du doigt. Alors, les santécois vinrent prendre la charrette de goémon et le recteur, s' adressant aux Roscovites, dit: « Venez aussi nombreux que mes paroissiens et vous pourrez résister ».

Dans sa séance du 6 février 1921, le conseil municipal de Santec arrêtait le règlement sur la récolte du goémon pour cette même année.

Seize articles furent nécessaires pour détailler ce règlement qui interdisait aux étrangers de faire la récolte du goémon même s'ils possédaient des terres dans la commune, et aux Santécois de prendre chevaux, charrettes ou bateaux appartenant à des étrangers de la commune...

L'article 15 du règlement de 1921 stipule que les habitants peuvent récolter pendant toute l'année le goémon d'épave rejeté sur les plages, depuis le lever du soleil jusqu'à son coucher. L'instant où le phare de l’île de Batz s'éteindra sera considéré comme lever du soleil et celui où on l'allumera comme coucher du soleil. Pour la récolte, ne seront employée que des râteaux de bois.

Les quinze premiers articles sont consacrés à la récolte du goémon de rive que l'on coupait à la faucille sur les rochers découverts par la marée.

Deux coupes annuelles étaient autorisées et les habitants étaient divisés en deux catégories, celle des gens dits à paniers, brouettes et civières; et celle des gens possédant cheval, charrette, bateau ou qui faisaient des radeaux de goémon, les dromes.

Les trois premiers jours de la coupe étaient affectés aux gens de la première catégorie et aux veuves était accordé un jour supplémentaire.

Les trois jours suivants, les gens se servant de chevaux, de charrettes, de bateaux ou confectionnant des dromes pouvaient entreprendre la coupe. Il fallait évidemment surveiller le bon déroulement des coupes.

Le garde champêtre, assisté de gardes du goémon, devait au besoin Intervenir pour régler les inévitables différents.

Ouest-France Mai 2001


Roscoff - Quelques dates - Histoire du Minihy du Léon

Menu