La vie quotidienne à Roscoff - Association - Tud ar Johnniged

Associations roscovites

Tud Ar Johnniged * Rosko Histoire * Annuaire Association * Menu

Tud Ar Johnniged - Le Mondes des Johnnies - Friends of Onion Johnnies


Les Johnnies de Roscoff et de sa région

Vendeurs d’oignons rosé de Roscoff en Grande-Bretagne depuis 1828

JOHNNIGED BRO ROSKO

L'oignon " rosé " qui est la spécificité de la région de ROSCOFF a été apporté du Portugal au XVIIème siècle par un moine capucin qui apprit à ses voisins du couvent de ROSCOFF à cultiver cet oignon doux, parfumé, fondant à 1ère cuisson.

En 1828, un cultivateur de ROSCOFF, Henri OLLIVIER ( voir anecdote ), eut l'idée de charger une gabarre de ces oignons pour aller les vendre en ANGLETERRE. Ce fut le début d'un commerce qui s'est poursuivi jusqu'à nos jours.

Comment se faisait ce commerce ? Qui étaient ces marchands d'oignons qu'on appelait " JOHNNIES " ?

LE COMMERCE DE L'OIGNON ROSE
DE ROSCOFF EN GRANDE-BRETAGNE

La géographie

Les oignons et les hommes ont longtemps été transportés Outre-Manche par des bateaux à voile : goélettes, dundees venant de la côte du TREGOR : Perros-Guirec, Pleubian. Cette marine à voile s'éteignit au moment de la 2ème guerre mondiale; les cargos l'avaient remplacée, impliquant concentration des marchandises exportées et recours aux services d'affréteurs et de courtiers. Les hommes voyageaient dès lors par fer et ferries. Il y eut des pertes d'hommes dans ces transports : 70 hommes périrent lors du naufrage du steamer HILDA en 1905.

Déjà au début du XXe siècle les hommes du pays de ROSCOFF :

  • St POL de LÉON,

  • SANTEC,

  • Ile de BATZ,

  • PLOUGOULM,

  • SIBIRIL,

  • CLEDER,

avaient couvert toute la GRANDE-BRETAGNE:

  • PAYS de GALLES,

  • ANGLETERRE,

  • ÉCOSSE

en vendant leurs oignons de porte en porte.

Les Anglais émus par le jeune âge de beaucoup d'entre eux - 9, 10 ans - les appelèrent "JOHNNY" : "petit Jean" et les marchands d'oignons se sont appropriés le nom en s'appelant eux-mêmes: "AR JOHNNIGED" : les JOHNNIES

L'organisation de la vente

Les oignons étaient tressés en "bottes de à ou 4 kgs enfilées sur un bâton porté à l'épaule. Les tresses étaient faites par des "botteleurs" dans un "magasin" servant à la fois d'entrepôt pour les oignons et de logement pour les botteleurs et vendeurs.

L'ensemble de ces hommes constituait une "compagnie" dirigée par un "master" : le chef. Ces compagnies pouvaient avant la guerre de 1914 comporter jusqu'à 60 hommes. Après 1920, les compagnies se réduisirent à moins de 10 hommes et jeunes gens commençant à 12, puis 14 ans.

La bicyclette qui se développa dans les années 30 libéra les épaules des Johnnies et popularisa leur image : béret, sourire et oignons ruisselant en chapelets sur les guidons qui portaient jusqu'à 150 kilos d'oignons. Des camions ou "lorries" facilitèrent plus tard cette vente "à la chine" directement auprès des ménagères britanniques qui acceptaient de payer plus cher cet oignon breton eu égard à sa qualité gustative et à sa bonne conservation.

Les grandes époques

Le métier de Johnny toujours cependant difficile et qui conduisait chaque année à une séparation des familles de 6 mois - de juillet à janvier - se justifiait dans les premiers temps par une nécessité de survie.

Entre 1920 et 1930, on a pu cependant parler d'un "âge d'or" : 1929 aurait ainsi vu le plus grand nombre de Johnnies - environ 1400 - et les plus forts tonnages d'oignons expédiés en Grande-Bretagne - autour de 9000 tonnes.

C'est dans cette décennie qu'on relève à ROSCOFF la plus forte construction de maisons et le plus fort achat de terrains agricoles par les Johnnies. Les gros tonnages nécessaires appelèrent une production d'oignons dans des communes plus éloignées PLOUESCAT, PLOUNEVEZ-LOCHRIST.

Après la crise générale de 1929, une vague protectionniste en Grande-Bretagne et une forte dévaluation de la livre rendirent le marché moins favorable aux Johnnies. Au lendemain de la 2e guerre mondiale, les Anglais limitèrent les importations d'oignons et obligèrent les Johnnies à se constituer en société commerciale de producteurs-vendeurs : 1"'Association des Marchands d'oignons de ROSCOFF et de sa Région".

Par ailleurs, les aléas du change, les restrictions à la vie familiale qu'accroissaient le non-bénéfice des régimes sociaux établis après guerre : allocations familiales parfois et retraites détournèrent les jeunes du métier de Johnny .

En 1972, année de la mise en route à partir de ROSCOFF des Brittany Ferries les Johnnies étaient au nombre de 160. Aujourd'hui une vingtaine d'hommes se retrouvent encore en Angleterre pour des séjours de quelques semaines ou au contraire pour de longs séjours qui permettent une pleine scolarité des enfants dans les écoles anglaises.

LE MONDE DES JOHNNIES - TUD AR JOHNNIGED

Les différentes catégories sociales

Le groupe des Johnnies lui-même se calque sur des catégories sociales qui existaient à ROSCOFF avant la Révolution. Disposant de moins de 3 hectares, le " laboureur ", petit fermier ou petit propriétaire devait chercher un revenu complémentaire pour nourrir sa famille - nombreuse jusqu'aux années 20.

Ayant des oignons et pouvant "faire l'avance" d'un contingent supplémentaire auprès de producteurs sédentaires ce paysan-Johnny devenait en Angleterre patron de compagnie. II salariait en dehors de sa famille des vendeurs et botteleurs "journaliers" dans la région de ROSCOFF, c'est à dire louant leurs services dans les fermes "à la journée" ou employés plus avant dans le siècle comme ouvriers "emballeurs" chez les expéditeurs de légumes produits entre janvier et juillet. Certains d'entre eux après les années fastes 1920-1930 ont pu partir en Angleterre "à leur compte", constituant ainsi une forme d’ " artisans-Johnnies ".

Les femmes et les enfants aussi

Quelques femmes ont suivi leur mari Outre-Manche. La majorité, cependant, restait à ROSCOFF, tenue par les rythmes scolaires des enfants. Les femmes des paysans-Johnnies assuraient, en outre, la récolte d'oignons d'août.

En septembre, elles faisaient sécher au soleil et au vent la graine d'oignon, puis elles effectuaient les achats d'oignons pour un deuxième ou troisième chargement.

En avril, c'était aussi des escouades de femmes qui "repiquaient" les oignons dans les fermes : ar piketerezed.

Et, après la récolte d'août, les enfants avaient pour tâche de glaner les petits oignons pour que leurs mères en fassent des "piglens", adaptation roscovite des "pickles", condiments au vinaigre des Anglais.

Un milieu de convictions solides et en même temps ouvert. Des individus passionnés, autonomes.

Le monde des Johnnies avait la langue - le breton - et les mœurs d'une société rurale bretonne marquée par de fortes convictions sur la vie, la mort et, en tant que léonarde, imprégnée de catholicisme. Ainsi les départs en Angleterre se faisaient traditionnellement après le 3e lundi de juillet, jour du pardon de Ste Barbe dont la chapelle domine le port de ROSCOFF.

Cependant, la faible possession de biens, le brassage social, la participation à la vie du port : cafés, agences maritimes, bateaux en chargement, et enfin l'aventure et les contacts outre-Manche ont fait de ce monde des Johnnies des gens ouverts, déguisant en humour les risques encourus et les peines de leur vie.

Autonomie des individus, égalité des sexes dans les décisions touchant aux biens et aux enfants, ouverture sur le monde, énergie à entreprendre : des valeurs ici de modernité.


Avril 2000
Une Appellation d'Origine Contrôlée est souhaitée pour l'oignon rosé de ROSCOFF


Marie-Thérèse CHAPALAIN Présidente de TUD AR JOHNNIGED

Roch Trevigner ROSCOFF 29680 Tél 02 98 61 24 18


Les Johnnies par le Télégramme

Menu - Annuaire Association - Tud Ar Johnniged

Dernière mise à jour : 27 février 2003