Associations roscovites

Tud Ar Johnniged * Rosko Histoire * Annuaire Association * Menu

Tud Ar Johnniged - Le Mondes des Johnnies - Friends of Onion Johnnies

Naufrage du Hilda le 18 novembre 1905 - (   Document complet - format pdf )

Naufrage du "Hilda", le 18 novembre 1905
Site sur ce naufrage


Le 1er février 1898, le « Channel Queen » coule près de Guernsey

Le 1er février 1898, le « Channel Queen » coulait sur les rochers proches de Guernesey. Ce superbe steamer, en acier, long de 53 m, construit trois années plus tôt, bénéficiait pourtant des derniers cris de la technique de cette fin de siècle. 14 Johnnies roscovites ont péri dans le naufrage.

Le « pacha » du « Channel Queen », le capitaine Collings était un vétéran du Channel et un habitué de la ligne Plymouth-Saint-Brieuc via Guernesey. Mais dans la brume de la nuit il n'avait pas su éviter le fameux « Noir rocher », proche de Guernesey.

Outre l'équipage et quelques rares voyageurs se trouvaient à bord du bateau 44 Johnnies : 26 de la compagnie Jean-Marie Créach et 18 de la compagnie Hamon Berthevas. Les premiers venaient de Falmouth. Les seconds d'Exeter. Campagne de l'oignon terminée, ils rentraient à Roscoff.

Quatorze d'entre eux, pour la plupart très jeunes - on était déjà johnnies à 10, 12 ou 14 ans - ne devaient jamais revoir leur ville natale. Ils périrent noyés.


Le 13 août 1899, naufrage du " Paquebot n°5"
nuit sinistre pour les goélettes trégorroises
et les Johnnies de Roscoff

PAIMPOL, PLOUMANACH ont été, à juste titre, fiers de montrer récemment leurs vieux gréements. ROSCOFF valorise l'activité de ses Johnnies, vendeurs d'oignons en Grande-Bretagne depuis 1828 par des démonstrations diverses : musée. expositions temporaires, présentations de techniques de bottelage.

Mais combien savent que, ces vieux gréements du TREGOR - GOUELO ont été des outils de transport pour les marchands d'oignons du LEON pendant plus d'un siècle ? Les drames maritimes révèlent les conditions de vie difficiles de nos ancêtres et les risques encourus. Goélettes et dundees non seulement traversaient la Manche mais allaient directement de ROSCOFF au PAYS DE GALLES, en ANGLETERRE et jusqu'en ECOSSE, chargés des oignons et de leurs vendeurs dont certains n'avaient pas 10 ans. Les mousses des équipages trégorrois étaient à peine plus âgés.

Ainsi dans la nuit du 13 au 14 août 1899, par temps pourtant clair et nier calme. trois Goélettes trégorroises se firent curieusement aborder dans le détroit de CALAIS.

" L'Amiral Lafond " put joindre un port et faire réparer ses dégats.

La " Clarté " de Perros-Guirrec coula avec tout son chargement en arrivant dans le port de DOUVRES qu'elle essayait d'atteindre.

Pour la goélette " Paquebot n°5 ", il y eut malheureusement à déplorer 5 morts d'hommes. " Paquebot n°5 " ayant à son bord deux compagnies de Johnnies se dirigeant vers HULL sur la côte Est de l'Angleterre fut abordé à l'avant par un vapeur espagnol de Bilbao. Le capitaine décida de joindre CALAIS pour réparations. La goélette fut alors éperonnée par le vapeur allemand " Hercules " et déchirée. 5 Johnnies y périrent. Pour le tribunal civil de Lannion qui fit le jugement déclaratif des décès, les 5 hommes étaient "endormis dans leurs cabines" au moment du choc : "s'ils avaient surnagé".-."Ils auraient survécu" y est-il porté.

Le mousse de la goélette en fit plus tard un récit différemment imagé et conclusif'. La goélette était restée accrochée par ses haubans au navire abordeur, ce qui permit à des membres de l'équipage et à des Johnnies de monter sur ce navire. D'autres passagers avaient sorti un canot de sauvetage mais celui-ci ne put frayer sa route dans les oignons libérés de la goélette que celle-ci transportait en vrac. La goélette finit par se décrocher du navire allemand et ses voiles se rabattirent sur le canot, noyant les hommes à bord et en particulier l'un des deux patrons de compagnie Jacques TANGUY. précédemment blessé. Le deuxième patron Claude QUEMENER avait également péri. laissant sept orphelins. Un autre disparu avait 20 ans et deux d' entre eux, 16 ans. Ils étaient originaires de ROSCOFF et de SAINT POL DE LEON.

Cette collaboration économique entre deux pays de Bretagne sur une durée aussi longue, de 1828 jusqu'à la guerre de 1939, est un fait rare. Les contrats étaient généralement établis de gré à gré entre les "masters", patrons de compagnies de 20, 40, voire 60 Johnnies et les capitaines des bateaux rencontrés sur le port de ROSCOFF. Les risques étaient donc mesurés et partagés par ces hommes à la fois pour ce qui concernait la vie des équipages et des Johnnies et ce qui concernait le fret.

Les Johnnies pouvaient, plus que les marins, craindre une mer qu'ils ne connaissaient pas et la marchandise n'était pas, ou était peu garantie par des assurances. Une marchandise avariée, une perte d'hommes devenait le drame de familles entières par manque à survivre amplifié par la disparition de plusieurs des leurs, certains étant soutiens d'une descendance nombreuse.

Il existe aujourd'hui deux survivants de cette marine à voile et quelques Johnnies qui l'ont connue. A PERROS-GUIREC, Roger GUILLOUX, 93 ans, revoit ses passages sur l' "Iris " dont les Roscovites se souviennent car ce bateau coula au large de l'ILE de BATZ avec sa cargaison de charbon en retour de CARDIFF. "Océanide ", magnifique goélette, fut l'une des dernières à assurer le trafic des oignons.

Jean PARENTHOEN , 77 ans, de PLEUBIAN y a commencé sa carrière de marin : mousse à 14 ans en 1936, il y a fait quatre saisons arrêtées par la guerre.

C'est lui qui avec Guillaume SEITE, 85 ans, doyen des Johnnies , dévoilera, le 15 août, les inscriptions des noms des disparus de la goélette " Paquebot n°5 " que l'Association TUD AR JOHNNIGED.

Le monde des Johnnies a fait porter sur la tombe des naufragés du steamer Hilda - 70 Johnnies disparus en 1905 - à la suite des noms des naufragés d'un autre bateau de ligne le " Channel Queen " - 14 Johnnies disparus en 1898 - noms inscrits lors de la commémoration anniversaire de l'an dernier.

Marie Thérèse CHAPALAIN - Août 1999   -  'in "les Johnnies de Roscoff' par F. Guivarch


Menu - Annuaire Association - Tud Ar Johnniged Dernière mise à jour : 28 octobre 2005