La vie quotidienne à Roscoff - Rémy Bourlès

Menu

Rémy Bourlès
Illustrateur
et peintre de la Bretagne.

retour "Célébrités"

Site officiel

Rémy
Bourlès

né à Brest
1905 - 1997

Il n'a peut-être pas "vécu" à Roscoff, mais il y a séjourné suffisamment
pour y peindre
de superbes tableaux.

celebrite-bourles-photo.jpg (14579 octets)
  • Né en 1905 à Brest (Finistère).

  • Père officier de police.

  • Enfance et études à Brest (beaux-arts).

  • Publie ses premiers dessins à Brest en 1924.

  • Monte à Paris en 1928, y publie des pages humoristiques et publicitaires, ainsi que des dessins de mode pour catalogues et même quelques affiches de films.

  • Revenu à Brest pendant la guerre, il est affecté à l'arsenal comme dessinateur industriel. Se lance dans la B.D. en 1946.

Son œuvre est dispersée dans de multiples journaux et magazines, dont Robin l'Écureuil (1946), Vaillant (1946-1957), L'Intrépide (1948-1949), Fidimanche Fillettes (19491950), Tarzan (1950-1953), Mireille (1960-1963), Paris-Jour(19611971) et L'Appel d'Ololê (1970-1972).

« Bob Mallard », publié de juillet 1946 à avril 1957, est une de ses séries les plus célèbres.

A publié divers albums, dont L'Aigle des mers (s.d.). Les Mystères de Londres (d'après Paul Féval, 1969, rééd.)1977) et Le Félon de Miremont (1986). Rémy Bourlès est également peintre (paysages de Bretagne).

Voir 19 tableaux de la ville de Roscoff peints par Rémy Bourlès en 1960 / 1961

bourles-dessin01.jpg (147518 octets)

Une visite à nos dessinateurs,
par Youenn Furic
- Journal « O-Lo-Lé » - Avril 1944

Chez Rémy Bourlès

Rémy Bourlès est un jeune mais qui a du talent, vous pouvez m’en croire !

Jugez en vous même d’ailleurs : tenez dans ce numéro-ci, en allant porter mon article à l’imprimerie, je vois deux dessins de lui : l’illustration de la légende du Loup-Garou et la vignette de la rubrique « Loups et Hermines ».

Et quel travailleur ! C’est inouï comme notre ami Bourlès noircit du papier. L’encombrement de son atelier, vu par lui-même, n’a rien d’exagéré ! J’ai failli m’y perdre parmi tous ses dessins au milieu duquel j’ai trouvé notre collaborateur au travail…

-          Je ne vous dérange pas au moins, Monsieur Bourlès ?

-          - Pas du tout ! Posez-moi toutes les questions que vous voudrez, et je vous répondrez tout en terminant ce dessin urgent, qui bien entendu est pour « Ololé »

-          Je ne vous demanderez pas si vous êtes breton, , car votre nom l’indique…

-          Et j’en suis fier ! Natif de Brest….

-          Je me demande comment vous arrivez si bien à camper un cheval, à donner tant de vie à ce guerrier, un visage aussi riant à cette fillette…

-          Ah, j’aime mon métier ! J’ai toujours été depuis mon plus jeune âge, irrésistiblement attiré par le dessin et la sculpture… Tenace et persévérant comme tout breton, je n’ai jamais pu envisager d’autre carrière.

-          Et quels sont les sujets que vous aimez le plus illustrer ?

-          J’adore tout ce qui comporte de la vie, du mouvement, particulièrement les épopées historiques ! Tenez justement « Ololé » m’a confié un travail emballant dans ce genre qui me plaît doublement parce qu’il se rapporte à notre histoire de Bretagne : « la Chevauchée d’Yvon » !

Et M. Bourlès me montre les premières illustrations, le jeune Yvon, un ololé en croupe sur le cheval d’Arthur, qui le conduit à travers l’histoire de Bretagne ! Voici Morvan à la tête de ses troupes ! Quel mouvement ! Quel grouillement ! On s’attend à voir tous ces guerriers s’animer et envahir l’atelier !

-          « Je ne chôme pas avec tous les contes, nouvelles qu’ »Ololé » m’envoie et les dessins que je dois fournir à d’autres journaux et éditeurs ! Aussi, je ne dispose jamais du temps nécessaire pour faire du sport, je me rattrape sur le papier ! malheureusement, il faut l’avouer, cela ne développe pas les muscles ! »

Jetant un coup d’œil sur la bibliothèque de notre collaborateur, je remarque nombre d’ouvrages sur la Bretagne : Histoire, costumes, sites ; monuments !

-          C’est ma documentation ! Je n’aime pas faire de l’à peu près ! me dit R.Boulès.

A ma demande de faire son portrait pour nos lecteurs, notre artiste s’empresse de me donner satisfaction ! Et tandis qu’il « se dessine » une mignonne poupée qui semble sortir de l’une des nombreuse illustrations qui submergent son bureau, se glisse auprès de lui. C’est la petite Rozenn qui attentivement, curieuse et amusée, regarde son papa dessiner.

-          Merci, je vous laisse maintenant à votre travail car je vois que vous êtes débordé !

-          Oui, une douzaine d’illustrations pour « Ololé », mais autant de plaisir à illustrer les jolis contes de notre belle Bretagne, que les lecteurs d’ »Ololé » en éprouvent à les lire !…

Youenn Furic –

Menu  - retour "Célébrités"