La vie quotidienne à Roscoff - André Lwoff

Menu

André LWOFF
1902 - 1994

retour "Célébrités"

Biologiste français
né à Ainay-le-Château en 1902,
mort à Paris en 1994.

Au cours de ses études de sciences et de médecine, André Lwoff commence sa vie scientifique à la Station Biologique de Roscoff de 1920 à 1930, sous la direction d'Edouard Chatton, le fameux protozoologiste. Il entre à 20 ans à l'Institut Pasteur, dans le laboratoire de Félix Mesnil.

Docteur ès médecine en 1927, puis Docteur ès sciences en 1932, il est assistant, puis chef de laboratoire à l'Institut Pasteur. En 1938, il devient le premier chef du service de physiologie microbienne. Mobilisé pendant la première année de guerre, il revient à l'Institut où il fait de son service un centre actif de la Résistance.
De 1959 à 1968, Il est titulaire de la chaire de microbiologie à la Sorbonne.
En 1965, il reçoit le prix Nobel de physiologie et de médecine associé à Jacques Monod et François Jacob pour leurs travaux sur la régulation génétique de la synthèse d'enzymes et de virus.Il fut également directeur de recherche au CNRS et directeur de l'Institut de recherche scientifique sur le Cancer.

celebrite-lwoff-andre.jpg (42264 octets)

Ses recherches ont porté sur le rôle des facteurs de croissance, sur les facteurs gouvernant la virulence des virus, sur le rôle de l'hyperthermie et de la réaction inflammatoire dans l'évolution des infections virales ainsi que sur le traitement des rhinites allergiques.

André LWOFF, biologiste, prix Nobel de médecine : son père d'origine russe était médecin-psychiatre. N'a jamais exercé la médecine, son attirance pour la science, propos sur la mort (nécessité biologique), travaille sur les protozoaires, son arrivée à l'Institut Pasteur en 1921 à l'âge de 19 ans. Explique ses recherches qu'il considère comme un jeu. Sa rencontre avec Louis-Ferdinand DESTOUCHE (CÉLINE) en 1921 à la station de Roscoff. Revient sur son métier, n'a jamais pensé à sa carrière, son admiration pour Julien BENDA, son goût pour la peinture, explique pourquoi l'art attire les scientifiques. Sa rencontre avec Jacques MONOD en 1930 et François JACOB en 1950 qu'il a tout deux accueilli au "grenier" (Institut Pasteur). Propos sur la culture, définition de la culture, les mécanismes d'assimilation de la culture. Son caractère, le vocabulaire scientifique, sa dénonciation de l'action menée par les pays arabes pour écarter Israël de l'Unesco, met en garde contre la cigarette et l'alcool. .

Entretien avec Jacques CHANCEL - Ina - Archives pour tous

Son œuvre scientifique est dominée par deux recherches majeures : d'une part, le statut et le rôle des facteurs de croissance d'où est sortie la notion d'unité de structure et de fonctionnement du monde vivant ; d'autre part, la possibilité pour un virus, le bactériophage, de devenir un constituant génétique de la bactérie-hôte. Ces découvertes font de lui l'un des fondateurs de la biologie moléculaire.

Avec François Jacob et Jacques Monod il reçoit le prix Nobel de Médecine en 1965 " pour leurs découvertes sur la régulation génétique de la synthèse des enzymes et des virus ".


D. B.Le Web de l’Humanité Décès de André Lwoff, prix Nobel engagé - Article paru le 4 octobre 1994

Le père de la biologie moléculaire, prix Nobel de médecine en 1965
avec Jacques Monod et François Jacob s’est éteint à quatre-vingt-douze ans.

Ce grand chercheur était aussi un militant. Il avait été président du Mouvement français pour le planning familial.

LE professeur André Lwoff, l’un des pères de la biologie moléculaire, est décédé à l’âge de quatre-vingt-douze ans. Consacré en 1965 par le prix Nobel de médecine pour ses découvertes concernant le contrôle génétique des enzymes et la synthèse des virus, il avait partagé cette distinction, qui n’avait pas été attribuée à des chercheurs français depuis trente ans, avec ses deux plus proches collaborateurs, les professeurs Jacques Monod et François Jacob, seul survivant du prestigieux trio.

Né à Ainay-le Château, dans l’Allier, en 1902, André Lwoff était fils d’un médecin psychiatre et d’une mère peintre et sculpteur, tous deux russes d’origine et chassés de leur pays par l’oppression tsariste. Il obtient en 1927 son doctorat de médecine et, en 1932, son doctorat ès sciences. Il passe plus d’un an à l’institut de Heidelberg où il perfectionne ses connaissances du métabolisme cellulaire. En 1936, il effectue un séjour prolongé à Cambridge, au Moltenio Institute, haut lieu de la biochimie cellulaire.

Une influence.considérable

En 1938, il prend à l’Institut Pasteur la direction du service nouvellement créé de physiologie microbienne en vue de transposer au monde bactérien les lois physiques récemment découvertes, en particulier dans le domaine de la nutrition et des facteurs de croissance. L’Occupation ralentit les recherches entreprises. André Lwoff et Jacques Monod luttent dans la Résistance. Après la guerre, le laboratoire reprend toutes ses activités et devient en quelques années l’un des grands foyers de la révolution moléculaire. Le professeur Lwoff y est entouré de chercheurs particulièrement brillants, au premier rang desquels figurent Jacques Monod et François Jacob.

Ses travaux le conduisent de l’étude de la morphologie des protozoaires à la nutrition microbienne, aux facteurs de croissance, aux vitamines et aux enzymes, pour aboutir au bactériophage - un virus infectant les bactéries - et, par lui, aux problèmes fondamentaux du développement des virus et ses conséquences sur les cellules. Ses observations sur les bactéries dites lysogènes eurent en biologie moderne une influence considérable, notamment en cancérologie.

Titulaire de la chaire de microbiologie à la faculté des sciences de Paris (1959-68), puis directeur de l’Institut de recherches scientifiques sur le cancer à Villejuif (1968-1972), André Lwoff s’est également intéressé aux facteurs qui gouvernent la virulence des virus, au rôle de la forte température et de la réaction inflammatoire dans l’évolution des infections virales, et même au traitement et à la guérison des coryzas et des rhumes...

Membre de l’Institut de France, au titre de l’Académie des sciences, membre étranger de l’Académie nationale des sciences des Etats-Unis, de l’Académie des sciences médicales de l’URSS, de la Société royale de Londres, André Lwoff s’était également engagé en faveur du planning familial et avait été, de 1970 à 1974, le premier président du Mouvement français pour le planning familial.

Méditations et interventions

Ardent défenseur de la démocratie, il a pris publiquement position contre les violations des accords d’Helsinki, contre la condamnation à mort de six Basques à Burgos, contre la répression en Pologne. En 1968, par solidarité avec les étudiants espagnols qui veulent préserver l’autonomie et l’indépendance de l’université, il refuse de recevoir la distinction académique de docteur honoris causa de l’université de Madrid.

Auteur de plusieurs ouvrages, il a le souci de mettre à la portée de tous les conséquences humanistes et culturelles de la révolution biologique. Son dernier livre, « Jeux et Combats », est un recueil de méditations et d’interventions prononcées sur des thèmes les plus divers, allant de l’abolition de la peine de mort au combat contre la torture, de la coopération internationale à la défense de la liberté d’expression.

Notice biographique :

Vous trouverez un complément d'information en consultant :

BIBLIOGRAPHIE

Publications de André Lwoff
puce jaune Articles scientifiques
puce jaune Articles de presse
puce jaune Monographies
puce jaune Préfaces
Publications sur André Lwoff
puce jaune Articles sur André Lwoff
puce jaune Articles nécrologiques
puce jaune Monographies



 

 

 

 

Note : La liste des périodiques et des ouvrages cités ci-dessous n'est pas exhaustive. Vous pouvez les consulter à la bibliothèque centrale de l'Institut Pasteur.André Lwoff une bibliographie

 

Menu  - retour "Célébrités"