La vie quotidienne à Roscoff - Le s jardins de Roscoff - 1846

Menu

Double-vue à Roscoff
en 1897

fanch-thaumaturge.JPG (27464 octets)

fanch-chautard.JPG (19845 octets)

Au cours du XIX ème siècle, surtout à l'époque de Robert Houdin. le célèbre illusionniste, les codes mnémotechniques se sont beaucoup perfectionnés, permettant des effets spectaculaires de mémoire, et la communication secrète entre un opérateur et son « médium ».

Des voyantes et leur « magnétiseur » parcouraient les foires et les pardons, vendant des horoscopes et stupéfiant les curieux par leurs démonstrations incompréhensibles que la plupart attribuaient naturellement à un quelconque pouvoir de télépathie.

Dans un livre rare publié en 1904, « Les révélations d'un magnétiseur », Ie professionnel E.Chautard révèle en détail les procédés et les codes en usage, Ies illustrant de quelques anecdotes.

« J'avais comme but, ce 5 août 1897, de faire une station à Roscoff, petite ville balnéaire. A l'Hôtel de la Maison Blanche, une vaste terrasse au bord de la mer, permet de donner ce spectacle dans d’excellentes conditions… »

Alors que Chautard commence a placer ses affiches, deux étudiants du Laboratoire Maritime lui proposent de servir bénévolement de complices, afin de s'amuser. Après s'être discrètement entendus, rendez-vous est pris à 8 heures du soir.

Chautard et son sujet commencent donc leur séance, présentant avec brio leur spectacle habituel, bien rôdé. de mentalisme.

Un des effets les plus dramatiques de cette époque était basé sur la technique du « Cumberlandisme ».

Pendant que le médium se trouvait hors de la pièce, un spectateur faisait semblant de poignarder quelqu'un. Puis le médium rentrait, saisissait d'une main le couteau et de l'autre le poignet de l'assassin présumé et, après quelques hésitations, se dirigeait dans la salle et retrouvait la victime.

Cet effet impressionnant demandait une grande sensibilité psychologique, car le médium était en fait guidé par des mouvements inconscients du spectateur.

Rares sont aujourd’hui les magiciens encore capables de présenter cette expérience difficile. dont le « Thaumaturge Roskoff » fut l’un des maîtres (1).

Alors que le spectacle se terminait, l'un des étudiants intervint, mettant en doute la réalité des expériences présentées.

« Je ne serai convaincu, déclare-t-il que si vôtre sujet fait ce que je vais commander ».

Là-dessus, continue Chautard, je m'approche de « l’interrupteur » qui me dit tout bas à l'oreille : « Je désire que votre sujet vienne sortir mon carnet de ma poche, qu’elle déchire une et prenne le crayon qu’il renferme. Puis qu’elle écrive sur cette feuille une phrase que je pense en ce moment…

« Monsieur, répondis-je, nous allons essayer pour vous faire plaisir : mais mon sujet est déjà fatigué, et si nous ne réussissons pas je demande aux spectateurs toute leur indulgence... »

J'envoie le fluide à mon sujet qui se dirige vers la personne. Prendre le carnet. déchirer la feuille. saisir le crayon, tout cela fut fait en un instant.

Le public commençait delà à être stupéfait : mais sa stupéfaction n'eut plus de bornes quand un spectateur prit la feuille sur laquelle elle venait d'écrire et que j'eus fait dire à haute voix à l'interrupteur ce qu'il avait pensé

« Ah ! verte, verte, combien verte était mon âme ce ,jour là ».

Chacun put vérifier le contenu du billet et constater qu'il était conforme à la phrase incohérente qui avait été demandée...

« Eh bien, Monsieur le sceptique êtes-vous convaincu ? » demandai-je.

Mais, sans lui donner la temps de répondre, le second compère, placé au fond de la salle, s'écrie à son tour

« Ah ! Parbleu, c’est un compère ! »

« Apprenez Monsieur, que je me respecte trop pour employer de tels procédés. Et permettez-moi de vous poser une question. Etes vous compère vous-même ? ».

« Oh ! non, par exemple »

« Eh bien, Monsieur, puisque vous êtes absolument certain de ne pas être un compère, demandez à mon sujet de faire quelque chose, et s’il exécute votre ordre, vous serez convaincu à votre tour ».

«  Alors. qu'il me dise le nom du volume que j’ai dans la poche de mon veston, le folio de la page que j’ai écornée, le numéro de la ligne que j’ai rayée au crayon, et le contenu de cette ligne ».

Mon sujet répondit. sans l'ombre d’une hésitation.

« Dans  la poche de son veston Monsieur n’a qu’un seul livre. C’est l’almanch Hachette 1897, la page écornée porte le folio 157, la 8ème ligne est rayée au crayon, etc… ».

Des applaudissements, frénétiques succédèrent à la réponse ....

Au moment où les spectateurs quittaient la salle, un Monsieur d'une cinquantaine d'années, à la physionomie de savant, à la barbe blonde grisonnante, s’approcha de moi et m’adresse la parole, avec un fort accent slave :

« Monsieur, permettez-moi de vous complimenter pour la perfection à laquelle vous avez amené votre sujet. Je suis le Docteur K…off et je m’occupe très particulièrement des sciences magnétiques. Mais, je vous avoue que je n’ai jamais rencontré un sujet aussi intéressant que le votre, capable de lire le titre d’un volume caché dans une poche, et dont vous même n’aviez pas pris connaissance… »

Là-dessus le bon Docteur, manifestement très troublé, prit congé de moi en me renouvelant ses éloges et en m’invitant à lui rendre visite, si jamais mes voyages m’entraînaient à Moscou…


(1)      Thaumaturge = Faiseur de miracles

Extrait
de
« Sorciers de Bretagne »

de Fañch Guillemin
Sorciers- en Bretagne de Fanch Guillemein, publié par Skol Vreizh Editions

Skol Vreizh

Dernière modification : 23 nov. 2004