La vie quotidienne à Roscoff - Phare de Roscoff
Phare de Roscoff

Menu

Balisage d'entrée
au port de Roscoff

Pour faciliter l'accès au port de Roscoff, la commune fait installer en mai 1880 un fanal à l'extrémité du vieux quai Tristan Corbière. Afin de permettre aux navires de prendre un alignement pour rentrer dans la passe du port, un second feu est mis en service à terre au fond du port en janvier 1884.

Plus tard, en 1913, la portée géographique, induite par la hauteur de l'édifice, étant jugée insuffisante, les ingénieurs proposent la construction d'un phare.

 

En novembre 2002, le phare est automatisé. Il n'est pas gardienné et n'est pas visitable.

  • Coordonnées géographiques : 48° 43,410' N  -  03° 58,747' W
  • Hauteur totale : 24,40 mètres - 26,10 mètres au-dessus de la mer ( Hautes mers moyennes de vive-eau au coefficient de marée 95 )
  • Feu : lentille ½ d'horizon - distance focale 0,30 m - feu blanc à occultations - lampe aux halogènes de 180 W - 24 V
  • Portée lumineuse : 15 milles (1 mille = 1 852 m, soit 27,30 km )

Phare de Roscoff
ou feu postérieur du port

Commencé en 1915, il est achevé en 1917. Paradoxalement, sa mise en service ne se fait qu'en 1934, en raison des difficultés rencontrées lors de la construction du nouveau quai et feu d'alignement avec le phare (travaux interrompus en 1916).

Prévu à l'origine pour un fonctionnement au pétrole, sa date de mise en service tardive permet de le faire immédiatement fonctionner à l'électricité.

Le phare se compose d'une tour carrée, pyramidale en maçonnerie de pierre de taille, provenant du littoral de Roscoff, l'Ile de Batz, Cléder et Sibiril.

Photos du phare  sur Flickr

 

voir Wikipedia

Caractéristiques du Phare de Roscoff 
( Etablissement de signalisation maritime
n° 604/000 )

Epoque de construction 4 ème quart 19 éme siècle - 1883

Auteur(s)   Pétel (entrepreneur)

Historique

  • Feu postérieur, sur la terrasse de la maison du gardien, près de l'abri du canot de sauvetage.
  • 1er janvier 1884 : allumage sur montants en fer et cabane en tôle;
  • Adjudication des travaux le 9 mars 1883 au sieur Pétel entrepreneur à Roscoff.
  • Comme la hauteur du feu est jugée insuffisante, il est prévu de construire une nouvelle tour plus élevée.
  • Un marché de gré à gré est passé le 16 juillet 1914 avec l'entrepreneur Courcuff mais à la déclaration de guerre ce dernier est mobilisé comme canonnier territorial à Vannes et les travaux sont suspendus.
  • Le projet n'est repris que vingt ans plus tard.
  • 1934 : allumage sur une tour tronconique en pierres apparentes de 24 m de hauteur à 430 m en arrière du feu antérieur.
  • Feu antérieur : à l'extrémité du môle Nord. 15 mai 1880 : feu fixe blanc sur un candélabre en fonte et cabane en tôle. 1934 : feu fixe vert. 1935 : électrification du feu. Feu vert à occultations (2+1) toutes les 12 secondes au sommet d'une colonne en fonte peinte en blanc

Description architecturale

  • Hauteur au dessus de la mer : 26,10 m.
  • Taille générale : 24 m.
  • Hauteur de la focale : 21,90 m.

Description

  • Montant en fer avec cabane en tôle peinte. 1934 :
  • Tour carrée pyramidale en maçonnerie de pierres apparentes (granit) sur un soubassement carré en maçonnerie de pierres apparentes.
  • Consoles assemblées par des arcs supportant une balustrade à dés ajourés en pierre de taille.
  • A côté : logement de gardien. Terrain 668 m2. Une face peinte en blanc.

Description technique :

  • 1ère optique : 01 janvier 1884 : feu directionnel rouge de focale 0,29 m. 16 degrés.
    Autres optiques : 1934 : feu blanc à occultations (2+1) toutes les 12 secondes focale 0,30 m électrifiée et pétrole.

Combustibles :

  • Huile minérale : 1884.
  • Vapeur pétrole : 1934 en secours.
  • Electrification : 1934.

Etat actuel en 1985

  • Peinture blanche.
  • Lanterne Ø 2 m de 1 niveau de vitrage cylindrique occulté au Sud . 2 secteurs.
  • Intérieur boisé.
  • Feu blanc à 2+1 occultations (lettre G) 12 sec.
  • Optique fixe d' horizon au 1/2 focale 0,30 m à 180° repérée Henry-Lepaute à galets sur support de cuve modifié Henry Lepaute 1934.
  • Portée 15 milles

Document extrait du site - http://www.journeesdupatrimoine.culture.fr

Les journées du patrimoine à l'initiative du Ministère de la Culture, sont relayées localement par le Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine (SDAP), la Direction Départementale de l'Equipement (DDE) en partenariat avec les communes concernées et le Parc d'Armorique.