Retour au Menu principal du site  -  Dernière modification : 02 oct. 2009

Nethou-Vagabond Cliquez sur les photos
pour les agrandir

Photo assez récente - Le Vagabond au Lavandou
Nethou-Vagabond
vagabond-sos.jpg (11339 octets) Nethou-Vagabond
Montage du mat en 1926 Chantier Kerenfors - Roscoff Chantier Krenfors, Abri du Marin, Société de sauvetage Roscoff - Chantier Kerenfors

L'histoire du bateau   vagabond-drapeau_allemand-anglais.gif (1298 octets)  English - German en PDF

Conte de Noël - 80 ans plus tard...  le bateau retrouve son port.

Carte de l'emplacement actuel du bateau

Le Nethou - Vagabond Le Nethou - Vagabond
Le Nethou - Vagabond Le Nethou - Vagabond
Des membres de l'association interviewés le 9 janvier, lors du retour à Roscoff du Nethou - Vagabond
Le Nethou - Vagabond Le Nethou - Vagabond

Le retour du Nethou-Vagabond
vidéo de 1 mn 30 - Reportage du 9 janvier 2006 au journal de 20 h 00 sur TF 1

Le retour du Nethou-Vagabond
vidéo de 9 minutes comprenant diverses photos du bateau
et un reportage radio de Radio Nord Bretagne


Voir quelques photos     ****    L'histoire du bateau

nethou-protege.JPG (36075 octets) Aquarelle de Bernard Beaulien
Vagabond-aquarelle-beaulien-original.jpg (97577 octets)

Adresse email >>>  nethou.vagabond.roscoff@gmail.com

 association-journal-officiel-20060128-p.jpg (30326 octets)

Liens :


Lundi 9 janvier 2005

  • Le "Nethou-Vagabond" est arrivé à 12 h 15
    à Roscoff, près de la Chapelle Ste barbe.

    Il est protégé des intempéries, il attend, la suite de son histoire....

Mercredi 4 janvier 2005

  • Le "Nethou-Vagabond" est sur la route entre Le Lavandou et Roscoff.
    Le bateau a quitté ce matin Le Lavandou. Le grutage et le chargement se sont bien passés. Le bateau s'est bien comporté et il est bien posé sur la remorque, calé avec des patins en caoutchouc et sanglé. Selon les responsables du chantier et le chauffeur du convoi exceptionnel, le convoyage devrait se passer sans problèmes. Le gréement et l'accastillage ont été chargés avec les mâts sur le camion.

    Sur place, le propriétaire entouré d'amis a assisté au départ de son bateau vers la Bretagne, vers Roscoff, dans un climat de grande émotion. Lui et les amis qui l'ont aidé pour sauver le bateau de la démolition seront les bienvenus ici à Roscoff. Ils seront chaleureusement accueillis dans l'association nouvelle.

  • L'arrivée à Roscoff du bateau est prévue lundi 9 janvier en début d'après midi.

  • Deux articles concernant ce bateau sont prévus

    • dans la revue "Chasse-Marée" n° 185 qui sera en kiosque début mars

    • dans la revue "Bateaux" de février disponible à partir du 15 janvier.


Jeudi 29 décembre 2005

  • Le programme du transport du bateau est fixé.
    Il sera pris en charge par le transporteur, le jeudi 5 janvier au Lavandou (Var)
    Il arrivera à Roscoff, le lundi 9 janvier dans l'après-midi.
    L'heure d'arrivée exacte n'est pas connue.
    Cela dépendra de son heure de départ de La Rochelle où il transitera durant un week-end.
    Dès que nous serons en possession d'informations plus précises, nous les ferons connaître ici.

  • L'association a été crée le 28 décembre sous le nom de " Nethou-Vagabond-Roscoff "
    Le nom reprend :

    • " Nethou ", le premier nom du bateau à la sortie du chantier naval Kerenfors en 1926

    • " Vagabond ", le second nom du bateau en 1953, lorsque l'acteur Charles Vanel en est devenu propriétaire.

    • " Roscoff ", c'est le lieu de sa construction, de sa mise à l'eau et aujourd'hui de sa retraite.

  • La première tâche de l'association est en cours de réalisation.
    Le 5 janvier, au lieu d'une démolition certaine, le bateau embarquera en direction de Roscoff.
    La seconde tâche, sera sa protection contre les intempéries, dès son arrivée.
    La troisième tâche viendra plus tard.
    Il s'agira d'élargir l'association, de regrouper les compétences, des passions et des moyens.
    Rien ne peut-être décidé ni imaginé avant un " bilan de santé " du Nethou-Vagabond, établi par des connaisseurs de construction navale et de restauration de bateaux.

nethou-vagabond-roscoff-00.jpg (44013 octets)

Vendredi 16 décembre 2005

  • Suite à notre entretien d'hier avec le bureau municipal,
    nous avons confirmation de la prise en charge du transport du Nethou-Vagabond par la Ville de Roscoff

  • Nous sommes heureux de cette décision,
    pour tous les roscovites, les personnes qui aiment la mer, les bateaux, l'histoire de notre ville
    et les gens du cinéma pour lesquels ce bateau a une longue histoire.

  • Nous remercions la municipalité pour leur décision.

  • Nous remercions tous ceux qui se sont exprimés
    et qui ont ainsi participé à la prise de conscience de l'intérêt de la conservation de ce bateau.

  • Nous remercions en particulier Monsieur Christian Martinet qui est à l'origine de toute cette action de sauvetage:  Lien

    • constitution de dossiers transmis aux collectivités locales, information à la presse
      et depuis cette semaine, il a été le coordonnateur entre toutes les personnes s'intéressant à la conservation de ce bateau.

  • Nous vous tiendrons informés des opérations de transfert du Lavandou à Roscoff.
  • Nous devons en premier lieu créer une association qui se chargera du transport et de la protection du bateau.
  • Nous allons aujourd'hui communiquer les dernières nouvelles aux propriétaires du bateau, et au chantier naval du Lavandou.
Quelques pages de l'histoire cinématographique du bateau
Le bateau et le monde du cinéma Le bateau et le monde du cinéma Le bateau et le monde du cinéma Le bateau et le monde du cinéma

Texte de début 2005

Sauvez deux chefs-d'œuvre en péril !
Le dernier Kerenfors

1er décembre 2004, 9 heures.

Un courriel tombe sur les ordinateurs de l'Abri du marin, qui sonne comme un appel au secours : "Vagabond" - ex- "Nethou" vient de couler dans le port du Lavandou.

Pourquoi Pascal Lorent (avant dernier propriétaire) se tourne-t-il vers Le Chasse-marée ?

Sans doute parce que, à la revue, nous connaissons bien Vagabond. Voici quelques années, son propriétaire nous avait demandé de l'aider à établir un dossier historique sur son bateau. Kim Savina, l'une de nos perspicaces documentalistes, avait dépouillé "Le Yacht" pour remplir les vides d'une histoire haute en couleur. Lancé chez Kerenfors à Roscoff en 1926 pour un retraité de la marine marchande, il gagne la Méditerranée. Après bien des navigations aux quatre coins de la Grande Bleue, entre les mains de propriétaires variés, le yacht est basé à Saint-Tropez. II devient alors le bateau personnel de l'acteur Charles Vanel et figure dans plusieurs films. Les jolies anecdotes à son propos ne manquent pas.

Mais pour nous, avec ses formes très typées, son haut franc-bord avant, sa longue voûte, son étrave droite, "Vagabond" a une tout autre importance. C'est en effet le dernier maillon d'une longue, très longue lignée de navires construits par des générations d'une même famille de constructeurs, les Kerenfors.

Depuis quelques années, avec l'aide de certains de leurs héritiers, nous avons entamé une recherche sur l'histoire de ce chantier. Etabli à Roscoff depuis le XVIIème siècle, il lance frégates corsaires, lougres et cutters smoggleurs, bricks de grand cabotage, péniches de pilotes, les premiers yachts de mer français - la plupart de ces bateaux étant bordés à clins. Mais il a aussi à son actif le seul clipper trois-mâts goélette jamais construit en France, une goélette chasseur de Terre-Neuve aux performances exceptionnelles, beaucoup de voiliers de plaisance - dont le célèbre "Roscovite" à Jacques de Thézac, ou l' "Olympia" à Paul Signac, des cotres-pilotes pour la station de Brest, des cordiers à voûte de la famille du Reder Mor.

L'histoire des chantiers Kerenfors est aussi riche que méconnue. Il ne reste aujourd'hui plus aucune trace de cette saga : rien d'autre que cette coque fatiguée, coulée par quelques mètres de fond. bien loin du chantier qui la vit naître. Agir. Rapidement. Le courriel du propriétaire, que nous complétons d'une courte notice sur l'importance historique du bateau et de son chantier, est répercuté sur tous ceux qui peuvent agir en France en matière de patrimoine maritime.

Certains pourraient aider à ce que soit assurée la préservation de Nethou. De Paris, Gérard d'Aboville bat le rappel. L'ami Bertonèche, qui habite Six-Fours, se rend sur place avec l'amiral Foillard pour une première inspection du bateau, qui a été renfloué entre-temps par le propriétaire avec l'aide d'amis plongeurs et sommairement épontillé. Résultat désastreux: mauvais état général; une partie de la voûte est pourrie. L'amiral Foillard déclare que l'Amerami, association qui collecte et fait naviguer des bateaux anciens peut s'investir dans cette coque. Dont acte. Pourtant, on doit à tout prix sauver le Nethou. Le problème est simple: il faut relever, les formes et le plan de charpente pour un dossier de classement, bâcher le bateau, épontiller la voûte et payer le gardiennage. Après. on verra !

Patrick Girard, charpentier hyérois, fils d'un des anciens propriétaires, a établi un devis des interventions à effectuer en priorité.

Alors, voilà: l'appel est lancé. Trois siècles d'histoire contre un coup de main aux propriétaires et un classement par les Monuments historiques.

Eric Testa, Lavandou - Carénage

Chantiers Kerenfors :
des frégates corsaires au Vagabond

En 1926, Vagabond,baptisé à l'époque Nethou, est le dernier bateau à sortir des chantiers Kerenfors, à Roscoff. Depuis le XVlle siècle, ce chantier avait lancé des frégates corsaires, lougres, voiliers de plaisance, des cordiers à voûte de la famille du Reder Mor... En France, c'est dans ses murs que le seul clipper trois mâts a été construit. Il s'agissait d'une goélette chasseur de Terre-Neuve. Des bateaux lancés par les chantiers Kerenfors, il ne reste plus que Vagabond. Mais peut-être plus encore pour longtemps

* * * * *

Extrait des "Cahiers de l'Iroise" - 150e - 04-06/1991 par Michel Ferec

Maîtres constructeurs de barques - Les Kerenfors de Roscoff

L'activité du chantier de construction de bateaux s'étale sur une période qui va de 1650 environ jusque vers 1930, à savoir:

  • Tangui KERENFORS - 1672 - 1750 - fils de François

  • Tangui KERENFORS, associé à Jean - 1703 - 1789

  • Jacques KERENFORS - 1751 - 1832

  • François KERENFORS - 1786 - 1873

  • Hyacinthe KERENFORS - 1815 - 1896

  • Anselme KERENFORS, associé à Francique - 1850 - 1932

En 1711, Tangui et Jean paient chacun 3 livres comme taxe de charpentiers de mer. (AM. St Pol)

"Jean Kerenfors utilise la cale du Stijel à Morlaix pour la construction de navires de taille imposante" (J.Y.Tanguy relève dans "Le port et Havre de Roscoff")

Ces maitres charpentiers ont en outre participé à la vie de Roscoff notamment Jacques KERENFORS qui fait partie du corps politique en 1789 et signe le cahier de doléance. En 1790, il est procureur de la commune, puis agent national.

Hyacinthe KERENFORS est conseiller municipal, puis adjoint de 1848 à 1870. Francisque, puis Anselme sont conseillers.

Inscrits maritimes (matricule des ouvriers non navigants) ces maître ouvriers pourraient être requis à tous moments pour le service des arsenaux. François KERENFORS "levé" à Roscoff pour Brest 04.04.1816 ( Archives de la marine de Brest).

Cliquez sur la photo pour l'agrandir et voir cette maquette sous cinq angles différents

Cliquez sur la photo pour l'agrandir
Le journal "Le Yacht" du 2 juillet 1887 souligne la qualité de la construction de l'époque:
"Les navires de pêche, cette spécialité si intéressante, sont fort bien représentés dans la collection du Véritas. Dans la section fraçaise le modèle de la goélette " Hélène ", construite en 1879 par MM KERENFORS Frères, à Roscoff, est certainement aux yeux des connaisseurs, un des plus remarquable de l'exposition; il est impossible de dessinner des formes plus élégantes et plus parfaites, et on croirait voir un champion de la coupe de l'América plutôt qu'un simple bateau de pêche. Il a du reste donné comme vitesse des résultats magnifiques"

Jacques Chanteau - Le Télégramme du 6 décembre 2005

Mer : le vague à l’âme du Vagabond, la star déchue

Jean Gabin, Michèle Morgan, Gérard Philippe et bien d'autres ont navigué sur Vagabond, ce cotre roscovite que Charles Vanel avait acquis après avoir tourné « Le salaire de la peur ». Un SOS est aujourd'hui lancé pour sau­ver ce bateau abandonné sur les côtes varoises du Lavandou.

« C'est quand il disparaîtra qu'on aura des regrets. Mais ce sera trop tard. Ce bateau fait tout de même partie du patrimoine mari­time ». Et c'est un Bourguignon qui le dit.

Installé à Rully (Saône-et-Loire), Christian Martinet a eu vent de cette histoire par l'intermédiaire de son fils, charpentier marine, qui a effectué ses classes en Bretagne avant de s'installer en Martinique.

Un cotre de 12,50 m

Ayant plutôt une silhouette de bateau de pêche, Vagabond est un cotre de 12,50 m construit pour la plaisance par les chan­tiers Kerenfors, il y a près de 80 ans. C'est un retraité de la Marine marchande qui en avait passé commande pour le ramener en Méditerranée.

Le 4 mai 1926, le bateau, baptisé alors « Nethou », avait levé l'an­cre à Roscoff. Après 28 jours de mer et deux escales (à Lisbonne et Gibraltar), le voilier était arrivé à bon port.

Tempêtes, naufrages mutineries...

Avec ses propriétaires successifs, le cotre a connu bien des aventu­res sur la Grande Bleue : tempê­tes, naufrages, bombardements durant la Guerre d'Espagne, réquisition par la Marine nationale (il fut alors coulé à Alger, puis renfloué à la fin de la guerre), mutineries sur les côtes tunisien­nes lors d'une campagne de pêche à l'éponge...

Le 21 septembre 1953, l'acteur Charles Vannel, qui venait de tourner « Le salaire de la peur », avait racheté le voilier roscovite. Rebaptisé Vagabond et désor­mais amarré à Saint-Tropez, le cotre a continué à sillonner la Méditerranée.

A bord du bateau, bon nombre d'acteurs ont embarqué : Jean Gabin, Gérard Philippe, Michèle Morgan... En 1992, ce fut au tour de Mireille Darc, Pierre Cosso et Pierre Vanek de tirer des bords sur le voilier pour les besoins du feuilleton de TF1, « Les cœurs brûlés ».

Propriété de deux Belges (Pascal Lorent et Chistian L'Hoir) depuis 1985, le Vagabond est aujourd'hui en cale sèche, abandonné sur un chantier du Lavandou. Il est en mauvais état, notamment au niveau de la voû­te. Le propriétaire du chantier souhaiterait s'en débarrasser pour bénéficier d'un peu plus de place. Pour sauver leur bateau, les propriétaires actuels ont lancé des appels, notamment avec la complicité des Charpentiers de grève, cette association douarneniste qui restaure de vieux gréements.

« La mort dans l'âme »
« On est aujourd'hui certain que Vagabond ne reprendra pas la mer, raconte Christian Martinet. A court terme, il faut tout faire pour le conserver dans les meilleures conditions possibles et le faire, classer par les monu­ments historiques. Ensuite, il pourrait être restauré et conservé dans un musée. Et à plus long terme, un nouveau bateau, réplique du Vagabond, pourrait continuer cette magnifique histoire ». « Si d'ici deux à trois semaines, conclut Christian L'Hoir, je ne trouve pas de solution, c'est la mort dans l'âme que je verrai mon bateau partir à la casse ».

.Recherche >>> "Nethou Vagabond" sur Google

Des pêcheurs roscovites vers les années 1910,

Roscoff - Chronologie historique

http://www.ouest-france.fr/of-photos/2008/12/02/SIBR_2530969_1_apx_470__w_ouestfrance_.jpg

Adresse courte de cette page : http://fon.gs/nethou-vagabond/